Ce que signifie se repentir

 

Se repentir signifie « faire demi-tour ». La raison pour laquelle nous avons besoin de « faire demi-tour », c’est que nous ne suivons pas le bon chemin. Nous ne suivons pas le chemin de Dieu. Nous suivons plutôt notre propre voie. La Bible dit :

« […] Chacun suivait SA PROPRE VOIE […]. » Ésaïe 53.6

Comme nous nous sommes éloignés de Dieu, que nous vivons égoïstement et que nous suivons notre propre voie, nous devons « faire demi-tour » si nous voulons être sauvés. Jésus a dit :

« […] Si vous ne vous repentez, vous périrez tous également. » Luc 13.5

« Si vous ne vous repentez, vous périrez tous également. »

Se repentir, ce n’est pas pleurer abondamment sur nos péchés. Beaucoup de gens pleurent et crient à Dieu, mais ne se repentent pas pour autant. Se repentir, ce n’est pas non plus se priver de nourriture et châtier son corps. Personne ne peut se débarrasser de ses péchés de cette façon.

Se repentir, ce n’est pas seulement regretter nos péchés. Un prisonnier pourrait regretter d’avoir à souffrir pour ses crimes. Mais s’il était libéré, il retournerait à ses mauvaises habitudes.

La repentance, ce n’est pas non plus de la crainte. Parfois, dans une période de grand danger, des hommes qui étaient habitués à jurer peuvent se taire ou même implorer la miséricorde de Dieu. Mais lorsque le danger est passé, ils se remettent à jurer. Ils ne se sont pas repentis.

 

Se repentir, c’est « faire demi-tour ». Cela peut ne prendre qu’un seul instant. Lorsque vous dites :

« Je vois que je n’ai pas suivi la bonne voie. Par la grâce de Dieu, je veux me détourner de mes péchés et commencer à obéir à Dieu » ; c’est cela la repentance. David a fait preuve d’une vraie repentance quand il a dit :

« Je réfléchis à mes voies, et je dirige mes pieds vers tes préceptes. » Psaume 119.59

Nous comprendrons mieux pourquoi la repentance est nécessaire au salut si nous considérons l’illustration suivante. Imaginons un roi sage et bon qui règne sur son royaume avec amour et bonté. Un jour, sans raison apparente, certains sujets du roi se rebellent contre lui. Ils prennent les armes et cherchent à le détrôner. Ils essaient également d’entraîner les autres dans leur rébellion.

À cause de leurs actes, ces rebelles méritent d’être mis à mort, mais ce roi, dans sa grande miséricorde, décide de leur accorder le pardon. Le roi émet une proclamation selon laquelle tous ceux qui, avant un certain temps, déposeront les armes, viendront vers lui et confesseront leurs offenses, seront pardonnés et retrouveront leurs privilèges de citoyens. Ceux qui refuseront cette offre, seront mis à mort.

 

Nous sommes comme ceux qui se sont rebellés contre leur roi, car nous nous sommes rebellés contre Dieu. La Bible parle de « l’esprit qui agit maintenant dans les fils de la rébellion » (Éphésiens 2.2). Cet esprit, c’est l’esprit qui dit : « Je n’obéirai pas à Dieu ! Je ferai ce que je veux faire. » Nous retrouvons cette attitude dans le cœur de tout être humain.

Certaines personnes s’opposent activement et ouvertement à Dieu. D’autres laissent simplement Dieu en dehors de leur vie. Ils mènent leur vie, leurs affaires et leur foyer comme si Dieu n’existait pas. Dans les deux cas, la racine du problème est la même : une attitude de rébellion contre Dieu.

Dieu veut nous pardonner et nous amener dans le royaume de son Fils. Cela veut dire venir sous l’autorité de Jésus-Christ. Auparavant, nous faisions ce que nous voulions, mais une fois que nous sommes sauvés, nous devons nous soumettre à Jésus-Christ comme Seigneur et Roi.

Une personne peut-elle être pardonnée de ses péchés et amenée dans le royaume de Jésus-Christ tout en étant encore rebelle dans son cœur ? Non, elle ne le peut pas. Il n’y aura pas de rebelles dans le royaume de Jésus-Christ. Si nous voulons faire partie de son royaume, nous devons abandonner notre rébellion et venir au Seigneur en lui demandant humblement pardon. Si nous le faisons, nous verrons qu’il est miséricordieux et tout disposé à nous pardonner. La Bible dit :

« Que le méchant abandonne sa voie, et l’homme d’iniquité ses pensées ; qu’il retourne à l’Éternel, qui aura pitié de lui, à notre Dieu, qui ne se lasse pas de pardonner. » Ésaïe 55.7