Category Archives: EDUCATION

LE CHEMIN DU CIEL

Sur quel Chemin Sommes-nous ?

Nous devons choisir un de ces deux chemins

Ça c’est une bonne question ! Je vais te donner la réponse. Nous sommes sur le « chemin de la vie ». J’ai pris le chemin de la vie quand je suis né. Tu as, toi aussi, pris le chemin de la vie quand tu es né. Et toi et moi, nous marchons maintenant ensemble dans le chemin de la vie. Le meilleur guide pour nous aider le long de la route est la Bible. Il n’y a pas d’autre livre comme lui parce que la Bible est la Parole de Dieu.

Nous voyons tout à coup qu’il y a deux chemins devant nous. Le premier est un chemin étroit qui va en montant. L’autre est large et il descend.

Nous devons choisir un de ces deux chemins. Personne ne peut choisir à notre place. Nous devons choisir pour nous-mêmes le chemin que nous prendrons dans la vie.

Le Seigneur Jésus nous dit où mènent ces chemins. Le chemin large mène à la perdition. Il y a plusieurs personnes qui prennent ce chemin. Le chemin étroit mène à la vie éternelle dans le ciel.

What’s the Real History of Black Friday?

It makes sense that the term “Black Friday” might refer to the single day of the year when retail companies finally go “into the black” (i.e. make a profit). The day after Thanksgiving is, of course, when crowds of turkey-stuffed shoppers descend on stores all over the country to take advantage of the season’s biggest holiday bargains. But the real story behind Black Friday is a bit more complicated—and darker—than that.

The first recorded use of the term “Black Friday” was applied not to holiday shopping but to financial crisis: specifically, the crash of the U.S. gold market on September 24, 1869. Two notoriously ruthless Wall Street financiers, Jay Gould and Jim Fisk, worked together to buy up as much as they could of the nation’s gold, hoping to drive the price sky-high and sell it for astonishing profits. On that Friday in September, the conspiracy finally unraveled, sending the stock market into free-fall and bankrupting everyone from Wall Street barons to farmers.

The most commonly repeated story behind the post-Thanksgiving shopping-related Black Friday tradition links it to retailers. As the story goes, after an entire year of operating at a loss (“in the red”) stores would supposedly earn a profit (“went into the black”) on the day after Thanksgiving, because holiday shoppers blew so much money on discounted merchandise. Though it’s true that retail companies used to record losses in red and profits in black when doing their accounting, this version of Black Friday’s origin is the officially sanctioned—but inaccurate—story behind the tradition.

In recent years, another myth has surfaced that gives a particularly ugly twist to the tradition, claiming that back in the 1800s Southern plantation owners could buy slaves at a discount on the day after Thanksgiving. Though this version of Black Friday’s roots has understandably led some to call for a boycott of the retail holiday, it has no basis in fact.

The true story behind Black Friday, however, is not as sunny as retailers might have you believe. Back in the 1950s, police in the city of Philadelphia used the term to describe the chaos that ensued on the day after Thanksgiving, when hordes of suburban shoppers and tourists flooded into the city in advance of the big Army-Navy football game held on that Saturday every year. Not only would Philly cops not be able to take the day off, but they would have to work extra-long shifts dealing with the additional crowds and traffic. Shoplifters would also take advantage of the bedlam in stores to make off with merchandise, adding to the law enforcement headache.

Nigeria was not left out of the Worlds Black Friday, the day after Thanksgiving where stores open early andbslash prices of goods to kick off the holiday shopping season. But a group condemning the participation of blacks in the sales day say it stemmed from slavery.Image result for the story behind black friday

“This was the day after Thanksgiving when slave traders would sell slaves for a discount to assist plantation owners with more helpers for the upcoming winter (for cutting and stacking fire wood, winter proofing etc.), hence the name”

By 1961, “Black Friday” had caught on in Philadelphia, to the extent that the city’s merchants and boosters tried unsuccessfully to change it to “Big Friday” in order to remove the negative connotations. The term didn’t spread to the rest of the country until much later, however, and as recently as 1985 it wasn’t in common use nationwide. Sometime in the late 1980s, however, retailers found a way to reinvent Black Friday and turn it into something that reflected positively, rather than negatively, on them and their customers. The result was the “red to black” concept of the holiday mentioned earlier, and the notion that the day after Thanksgiving marked the occasion when America’s stores finally turned a profit. (In fact, stores traditionally see bigger sales on the Saturday before Christmas.)Image result for the story behind black friday

The Black Friday story stuck, and pretty soon the term’s darker roots in Philadelphia were largely forgotten. Since then, the one-day sales bonanza has morphed into a four-day event, and spawned other “retail holidays” such as Small Business Saturday/Sunday and Cyber Monday. Stores started opening earlier and earlier on that Friday, and now the most dedicated shoppers can head out right after their Thanksgiving meal. According to a pre-holiday survey this year by the National Retail Federation, an estimated 135.8 million Americans definitely plan to shop over the Thanksgiving weekend (58.7 percent of those surveyed), though even more (183.8 million, or 79.6 percent) said they would or might take advantage of the online deals offered on Cyber Monday.

THE REAL STORY OF THANKSGIVING

In 1621, the Plymouth colonists and Wampanoag Indians shared an autumn harvest feast that is acknowledged today as one of the first Thanksgiving celebrations in the colonies. For more than two centuries, days of thanksgiving were celebrated by individual colonies and states. It wasn’t until 1863, in the midst of the Civil War, that President Abraham Lincoln proclaimed a national Thanksgiving Day to be held each November.In September 1620, a small ship called the Mayflower left Plymouth, England, carrying 102 passengers—an assortment of religious separatists seeking a new home where they could freely practice their faith and other individuals lured by the promise of prosperity and land ownership in the New World. After a treacherous and uncomfortable crossing that lasted 66 days, they dropped anchor near the tip of Cape Cod, far north of their intended destination at the mouth of the Hudson River. One month later, the Mayflower crossed Massachusetts Bay, where the Pilgrims, as they are now commonly known, began the work of establishing a village at Plymouth.Image result for what is the story of the first thanksgiving

Throughout that first brutal winter, most of the colonists remained on board the ship, where they suffered from exposure, scurvy and outbreaks of contagious disease. Only half of the Mayflower’s original passengers and crew lived to see their first New England spring. In March, the remaining settlers moved ashore, where they received an astonishing visit from an Abenaki Indian who greeted them in English. Several days later, he returned with another Native American, Squanto, a member of the Pawtuxet tribe who had been kidnapped by an English sea captain and sold into slavery before escaping to London and returning to his homeland on an exploratory expedition. Squanto taught the Pilgrims, weakened by malnutrition and illness, how to cultivate corn, extract sap from maple trees, catch fish in the rivers and avoid poisonous plants. He also helped the settlers forge an alliance with the Wampanoag, a local tribe, which would endure for more than 50 years and tragically remains one of the sole examples of harmony between European colonists and Native Americans.

In November 1621, after the Pilgrims’ first corn harvest proved successful, Governor William Bradford organized a celebratory feast and invited a group of the fledgling colony’s Native American allies, including the Wampanoag chief Massasoit. Now remembered as American’s “first Thanksgiving”—although the Pilgrims themselves may not have used the term at the time—the festival lasted for three days. While no record exists of the historic banquet’s exact menu, the Pilgrim chronicler Edward Winslow wrote in his journal that Governor Bradford sent four men on a “fowling” mission in preparation for the event, and that the Wampanoag guests arrived bearing five deer. Historians have suggested that many of the dishes were likely prepared using traditional Native American spices and cooking methods. Because the Pilgrims had no oven and the Mayflower’s sugar supply had dwindled by the fall of 1621, the meal did not feature pies, cakes or other desserts, which have become a hallmark of contemporary celebrations.Image result for what is the story of the first thanksgiving

Pilgrims held their second Thanksgiving celebration in 1623 to mark the end of a long drought that had threatened the year’s harvest and prompted Governor Bradford to call for a religious fast. Days of fasting and thanksgiving on an annual or occasional basis became common practice in other New England settlements as well. During the American Revolution, the Continental Congress designated one or more days of thanksgiving a year, and in 1789 George Washington issued the first Thanksgiving proclamation by the national government of the United States; in it, he called upon Americans to express their gratitude for the happy conclusion to the country’s war of independence and the successful ratification of the U.S. Constitution. His successors John Adams and James Madison also designated days of thanks during their presidencies.

In 1817, New York became the first of several states to officially adopt an annual Thanksgiving holiday; each celebrated it on a different day, however, and the American South remained largely unfamiliar with the tradition. In 1827, the noted magazine editor and prolific writer Sarah Josepha Hale—author, among countless other things, of the nursery rhyme “Mary Had a Little Lamb”—launched a campaign to establish Thanksgiving as a national holiday. For 36 years, she published numerous editorials and sent scores of letters to governors, senators, presidents and other politicians. Abraham Lincoln finally heeded her request in 1863, at the height of the Civil War, in a proclamation entreating all Americans to ask God to “commend to his tender care all those who have become widows, orphans, mourners or sufferers in the lamentable civil strife” and to “heal the wounds of the nation.” He scheduled Thanksgiving for the final Thursday in November, and it was celebrated on that day every year until 1939, when Franklin D. Roosevelt moved the holiday up a week in an attempt to spur retail sales during the Great Depression. Roosevelt’s plan, known derisively as Franksgiving, was met with passionate opposition, and in 1941 the president reluctantly signed a bill making Thanksgiving the fourth Thursday in November.

In many American households, the Thanksgiving celebration has lost much of its original religious significance; instead, it now centers on cooking and sharing a bountiful meal with family and friends. Turkey, a Thanksgiving staple so ubiquitous it has become all but synonymous with the holiday, may or may not have been on offer when the Pilgrims hosted the inaugural feast in 1621. Today, however, nearly 90 percent of Americans eat the bird—whether roasted, baked or deep-fried—on Thanksgiving, according to the National Turkey Federation. Other traditional foods include stuffing, mashed potatoes, cranberry sauce and pumpkin pie. Volunteering is a common Thanksgiving Day activity, and communities often hold food drives and host free dinners for the less fortunate.

Parades have also become an integral part of the holiday in cities and towns across the United States. Presented by Macy’s department store since 1924, New York City’s Thanksgiving Day parade is the largest and most famous, attracting some 2 to 3 million spectators along its 2.5-mile route and drawing an enormous television audience. It typically features marching bands, performers, elaborate floats conveying various celebrities and giant balloons shaped like cartoon characters.

Beginning in the mid-20th century and perhaps even earlier, the president of the United States has “pardoned” one or two Thanksgiving turkeys each year, sparing the birds from slaughter and sending them to a farm for retirement. A number of U.S. governors also perform the annual turkey pardoning ritual.

For some scholars, the jury is still out on whether the feast at Plymouth really constituted the first Thanksgiving in the United States. Indeed, historians have recorded other ceremonies of thanks among European settlers in North America that predate the Pilgrims’ celebration. In 1565, for instance, the Spanish explorer Pedro Menéndez de Avilé invited members of the local Timucua tribe to a dinner in St. Augustine, Florida, after holding a mass to thank God for his crew’s safe arrival. On December 4, 1619, when 38 British settlers reached a site known as Berkeley Hundred on the banks of Virginia’s James River, they read a proclamation designating the date as “a day of thanksgiving to Almighty God.”

Some Native Americans and others take issue with how the Thanksgiving story is presented to the American public, and especially to schoolchildren. In their view, the traditional narrative paints a deceptively sunny portrait of relations between the Pilgrims and the Wampanoag people, masking the long and bloody history of conflict between Native Americans and European settlers that resulted in the deaths of millions. Since 1970, protesters have gathered on the day designated as Thanksgiving at the top of Cole’s Hill, which overlooks Plymouth Rock, to commemorate a “National Day of Mourning.” Similar events are held in other parts of the country.

Although the American concept of Thanksgiving developed in the colonies of New England, its roots can be traced back to the other side of the Atlantic. Both the Separatists who came over on the Mayflower and the Puritans who arrived soon after brought with them a tradition of providential holidays—days of fasting during difficult or pivotal moments and days of feasting and celebration to thank God in times of plenty.

As an annual celebration of the harvest and its bounty, moreover, Thanksgiving falls under a category of festivals that spans cultures, continents and millennia. In ancient times, the Egyptians, Greeks and Romans feasted and paid tribute to their gods after the fall harvest. Thanksgiving also bears a resemblance to the ancient Jewish harvest festival of Sukkot. Finally, historians have noted that Native Americans had a rich tradition of commemorating the fall harvest with feasting and merrymaking long before Europeans set foot on their shores.

 

COMMENT JE VAIS SAVOIR SI C’EST LE BON ?

Nous attendions notre tour pour faire le plein de gasoil, lorsque mon fils aîné âgé de quatre ans, me posa une question tout à fait charmante.

Maman, comment je vais faire pour trouver ma femme quand je serai grand ?”

Me voilà partie dans une grande explication, lui disant qu’il faudrait prier.
Oui, je sais mais, comment je saurai que c’est la bonne ?
Eh bien, si tu pries, le Seigneur te fera comprendre dans ton cœur, qui est celle qui sera ta femme, tu seras sûr“.
Ah ! parce que moi j’en vois plein de femmes dans les magasins, c’est pas facile de savoir !

Inutile de vous dire que cette conclusion m’a beaucoup fait rire.

Imaginez-vous, faire la liste de votre épicerie et noter :« lait, beurre, chocolat, pommes, rôti de bœuf, savonnette, un fiancé blond aux yeux clairs, mesurant 1,80m… » Ce serait facile si les choses se déroulaient ainsi.

Le Seigneur nous invite à ne pas faire ce choix à la légère, comme si nous allions choisir un
pantalon ou un manteau. Notre bonheur en dépend.

Dieu est souverain et sa volonté pour nos vies est parfaite, même dans le choix de notre conjoint. Ne faites pas ce choix à la va-vite, laissez Dieu vous conduire. Peut-être que le temps passe pour vous, et vous vous inquiétez. Mais soyez prudentes. N’allez pas chercher en dehors de l’Eglise. Vous ne savez pas si vous arriverez à l’amener à Dieu. Le Seigneur nous conseille de ne pas nous mettre sous un joug étranger.

Inutile de papillonner et d’entreprendre une relation avec un et si ça ne marche pas, essayer
avec un autre. Vous allez vous abîmer les ailes.

Le Seigneur a mis quelqu’un à part pour vous. Ce sera celui qui sera votre complément, qui vous aimera et que vous aimerez. Soyez sûre de vos sentiments.

Qu’il soit un chrétien gentil, que vous vous entendiez bien dans la façon de voir les choses,
que vous ayez les mêmes goûts n’est pas suffisant. Vous, vous aurez peut-être à cœur de servir Dieu de façon active et lui non. Vous en souffririez, et vous risqueriez de ralentir. Assurez-vous d’être sur la même longueur d’ondes et d’avoir un respect mutuel. Vous devez l’aimer et être attirée par lui.

Avez-vous une crainte ? Est-ce que sur le plan intime ça va marcher ? Même dans ce domaine, Dieu sait parfaitement.

Ne vous découragez pas et que l’impatience ne vous fasse pas passer à côté de la bénédiction. Relisez les versets de la Parole de Dieu qui vous conseillent avec sagesse.

Les conséquences de vos choix vont vous orienter vers une vie heureuse ou moins heureuse.
C’est tellement merveilleux, lorsque les deux conjoints peuvent servir le Seigneur ensemble avec les mêmes convictions.

En tant que chrétiennes, nous avons cette possibilité de ne pas nous tromper, car notre Seigneur veut le meilleur pour nous.

Le Baptême

On raconte l’histoire d’un jeune pasteur qui venait de terminer ses études dans une école biblique baptiste. Il présidait son premier baptême. Il était un peu nerveux et pour finir il a confondu ses écritures à propos du baptême et de la Sainte Cène.

Celui qui se faisait baptiser était dans l’eau et le ministère lui a dit: “Je vous baptise au nom du Père, du fils et du Saint Esprit. Amen” et puis, il a ajouté “Buvez-en tous…”

La semaine passée nous avons parlé de ce que c’est d’être membre de l’église. Ce matin nous allons aborder le sujet du baptême. Parce que les deux vont quand même ensemble. Je veux bien répondre à certaines questions qui se soulèvent quand nous pensons au baptême.

Quelles sont les questions alors? J’en ai choisi cinq:
1. Qu’est-ce que le baptême?
2. Pourquoi se faire baptiser?
3. Pour qui le baptême?
4. Qu’est-ce que la situation aujourd’hui?
5. Comment avançons-nous à Libramont?

Qu’est-ce que le baptême?

La réponse à cette question vient en deux parties: L’action – ce qui se passe pratiquement quand quelqu’un se fait baptiser. La signification de ce qui est fait.

L’action

Le mot “baptême” vient plus ou moins directement du grec. Le mot veut dire “plonger”, “tremper” ou même “noyer”. Le baptême est fait toujours avec de l’eau. A l’époque de Jésus cela se passait presque toujours dans une rivière. Aujourd’hui c’est fait plus souvent dans une église dans un genre de grand bassin rempli d’eau tiède que nous appelons un baptistère. Il y a des églises qui font des baptêmes dans les lacs, dans les rivières, dans la mer ou dans les piscines. Le lieu n’a pas d’importance. En hiver, dans les Ardennes nous préférons les faire à l’intérieure.
Dans les églises il y a plusieurs formes de baptême. Dans les églises évangéliques nous baptisons par immersion. C’est à dire, celui qui veut se faire baptiser, le candidat, descend dans l’eau. Puis, normalement celui qui préside pose quelques questions au candidat à propos de sa repentance, sa foi et son acceptation de Jésus-Christ comme Seigneur et Sauveur. Après cela le président fait submerger le candidat pendant quelques instants – on ne le laisse pas sous l’eau trop longtemps… Puis on le relève et il sort de l’eau. Le baptême est fait.

La signification

La deuxième partie de la question concerne la signification du baptême.
Le baptême est un symbole. Il représente une réalité spirituelle mais en lui-même il n’est pas efficace pour conférer la grâce. La nature de ce symbole est bien expliquée dans Romains 6: “Que dirons-nous donc? Demeurerions-nous dans le péché, afin que la grâce abonde? Loin de là! Nous qui sommes morts au péché, comment vivrions-nous encore dans le péché? Ignorez-vous que nous tous qui avons été baptisés en Jésus Christ, c’est en sa mort que nous avons été baptisés? Nous avons donc été ensevelis avec lui par le baptême en sa mort, afin que, comme Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, de même nous aussi nous marchions en nouveauté de vie.”

Dans Romains 6 Paul parle à ceux qui croient qu’un chrétien peut continuer à vivre dans le péché après sa conversion. C’est à dire, ils croyaient que le pécher habituel n’était pas un problème. Ceux qui prenaient cette position dans l’église de Rome disaient “Demeurons dans le péché, afin que la grâce abonde.”
Ils disaient, en effet: “La grâce de Dieu répandu sur nous pécheurs c’est qu’il pardonne notre péché. Donc, le plus que nous péchions, le plus la grâce de Dieu est révélée et plus attirant deviendra l’évangile pour les autres!”
Et Paul dit: “Non, stop, vous avez mal compris… vous êtes mort au péché, vous devez vivre autrement maintenant.” Et puis il parle du baptême, une image de cette mort.

L’eau dans laquelle nous sommes baptisés représente une tombe. Quand celui qui se fait baptiser est plongé dans l’eau ceci est symbolique de la mort de son ancienne vie – son ancienne vie rebelle à Dieu. Par cette mort symbolique il est déclaré que l’ancienne vie, la vie de péché, est finie. Le péché n’a plus de pouvoir de condamner le chrétien, il n’a plus de domination sur la vie du chrétien. Ce n’est plus sa façon de vivre. Qu’on relève celui qui se fait baptiser symbolise la résurrection à une nouvelle vie – une vie vécue avec Christ. Une nouvelle vie sans condamnation, une vie avec un bel avenir. Ce n’est pas une vie sans pécher – pour cela il faut attendre le ciel – mais c’est une vie vécue sans obligation de pécher. Nous avons, en Christ, par le pouvoir de l’Esprit Saint la possibilité de vivre une vie qui plait à Dieu.

Le baptême signifie aussi l’union avec Christ. Le passage que nous venons de lire de Romains 6 l’indique: “Ignorez-vous que nous tous qui avons été baptisés en Jésus Christ, c’est en sa mort que nous avons été baptisés? Nous avons donc été ensevelis avec lui par le baptême en sa mort, afin que, comme Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, de même nous aussi nous marchions en nouveauté de vie.”.
Nous trouvons des mots comme “en Jésus-Christ”, “en sa mort”, “avec lui”, “comme Christ… nous aussi”. Nous sommes en union avec Christ par le baptême.
Quand Jésus a parlé du baptême avec ses disciples dans Matthieu 28 il les a commandé de baptiser “au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit.”
Ceci signifie l’union et aussi la nouvelle relation du chrétien avec Dieu.

Après le grand événement sur la route de Damas dans Actes 9, Saul, aveuglé par la lumière brillante du Seigneur, est amené dans la ville de Damas. Après trois jours un homme nommé Ananias est venu lui imposer les mains pour qu’il recouvre la vue.
Ananias a dit à Paul : “Le Dieu de nos pères t’a destiné à connaître sa volonté, à voir le Juste, et à entendre les paroles de sa bouche; car tu lui serviras de témoin, auprès de tous les hommes, des choses que tu as vues et entendues. Et maintenant, que tardes-tu? Lève-toi, sois baptisé, et lavé de tes péchés, en invoquant le nom du Seigneur.”
Après sa conversion et son baptême Saul, persécuteur de l’église est devenu Paul, l’apôtre. Le baptême est symbolique du fait qu’un chrétien est lavé de ses péchés. Il faut dire qu’au moment où quelqu’un se repent de ses péchés et se tourne vers Dieu il est pardonné. Le baptême est symbolique de ce fait – un rappel de ce qui s’est déjà passé.

Pourquoi se faire baptiser?

Voilà, notre deuxième question “Pourquoi se faire baptiser?”
Si le baptême n’est qu’un symbole où en est l’importance?
La réponse la plus simple: Jésus est notre modèle, Jésus nous l’a ordonné et les Apôtres l’ont pratiqué. Jésus s’est fait baptiser au début de son ministère. Cela nous indique qu’il approuve le baptême – sa forme et sa pratique.

Dans Matthieu 28 Jésus donne une mission à ses disciples: “Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit, et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde.” Que Jésus dit “enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde.” nous indique deux choses:
Se faire baptiser est une des choses prescrites par Jésus. Il le dit dans la phrase précédente. Un disciple est baptisé. C’est quelque chose qu’un chrétien devrait faire. C’est un acte d’obéissance à notre Seigneur.
Deuxièmement, le baptême n’a pas été limité à l’église primitive – c’est une ordonnance qui dure jusqu’à ce que Jésus ne retourne. C’est pourquoi nous continuons à le faire aujourd’hui.

Les Apôtres ont pris au cœur ce que Jésus leur a dit et ils ont pratiqué le baptême partout où ils sont allés. Dans le livre des Actes des Apôtres – la suite des évangiles – il y a neuf récits des baptêmes.
Actes 2:41 – le jour de la Pentecôte – 3000 personnes baptisées.
Actes 8:16 – le baptême des hommes et des femmes Samaritains.
Actes 8:36-39 – le baptême de l’eunuque éthiopien.
Actes 9:18 – le baptême de l’Apôtre Paul.
Actes 10:48 – le baptême de Corneille et ses amis.
Actes 16:15 – le baptême de Lydie et sa maison.
Actes 16:33 – le baptême du geôlier.
Actes 18:8 – le baptême de Crispus et de sa famille, des nouveaux convertis à Corinth
Actes 19:5 – des baptêmes à Ephèse.

La liste de baptêmes qui se trouve dans Actes nous amène à notre troisième question.

Pour qui le baptême?

Quand nous lisons les récits des baptêmes dans le livre des Actes des Apôtres il devient clair qu’il y a toujours quelque chose qui procède le baptême.
Quelques citations:
“Ceux qui acceptèrent sa parole furent baptisés.” Pentecôte, Actes 2.
“Mais, quand ils eurent cru à Philippe, qui leur annonçait la bonne nouvelle du royaume de Dieu et du nom de Jésus Christ, hommes et femmes se firent baptiser.” Les Samaritains, Actes 8.
“Et ils lui annoncèrent la parole du Seigneur, ainsi qu’à tous ceux qui étaient dans sa maison. Il les prit avec lui, à cette heure même de la nuit, il lava leurs plaies, et aussitôt il fut baptisé, lui et tous les siens.” Le geôlier, Actes 16.

Qu’est ce que cette chose précédente? Entendre la parole de Dieu, accepter la parole et croire. Dans Actes ceux qui sont baptisé sont ceux qui ont cru, ceux qui ont la foi.
Dans l’épître aux Galates Paul dit “Car vous êtes tous fils de Dieu par la foi en Jésus Christ; vous tous, qui avez été baptisés en Christ, vous avez revêtu Christ.”

Revêtir – encore cette idée de l’union avec Christ. Il y a un lien intime entre la foi et le baptême. Nous savons bien qu’il soit impossible de voir “la foi”. Ce n’est pas comme un rhume qu’on attrape et dont on voit les conséquences. Pour être connue la foi doit être exprimée. Le baptême est donné comme premier moment pour exprimer sa foi. Quand quelqu’un se fait baptiser il déclare en public ce qui s’est passé à l’intérieur.
Le baptême est une dramatisation de la croyance “que Christ est mort pour nos péchés, selon les Ecritures; qu’il a été enseveli, et qu’il est ressuscité le troisième jour.”

Nous voyons aussi dans le Nouveau Testament que l’Apôtre Paul, quand il écrit aux églises, suppose que les chrétiens à lesquelles écrit sont baptisés:
Par exemple dans 1 Corinthiens 12:13 il dit “Nous avons tous, en effet, été baptisés dans un seul Esprit, pour former un seul corps, soit Juifs, soit Grecs, soit esclaves, soit libres, et nous avons tous été abreuvés d’un seul Esprit.” Tous ceux qui sont reconnus comme Chrétiens sont baptisés.

Qu’est ce que la situation aujourd’hui?

Quand nous faisons des baptêmes les chrétiens nous allons souvent à l’église de Jemelle puisqu’ils ont un baptistère là-bas et je ne crois pas que ceux qui sont responsable pour l’Institut St. Joseph vont nous permettre à creuser un grand trou dans cette salle.
Après le, ou les, baptême nous avons un moment de communion fraternelle et une petite collation. Il est bon de pouvoir manger ensemble! Mais un baptême est beaucoup plus qu’une occasion de faire la fête. La nouvelle vie dont j’ai parlé tout à l’heure est entamée et doit maintenant être vécu avec l’aide du Saint Esprit.

La semaine passée j’avais posé la question “Qu’est-ce que la situation aujourd’hui?” quand nous avons parlé de devenir membre. Je pose la même question cette semaine. Pourquoi? Il me semble que dans nos églises nous faisons du baptême quelque chose qu’il n’a jamais été dans le Nouveau Testament.

Le baptême n’est pas un test

Il est malheureux que dans l’église de nos jours il y a souvent un grand laps de temps entre la conversion et le baptême – parfois des années. Se faire baptiser devient un obstacle, un problème parce qu’il est vu comme preuve de la fidélité et de la croissance dans la foi – un jour j’arriverai à faire mon baptême… quand je serai assez prêt. En plus nous, les responsables, nous attendons, et nous attendons. Comme pour nommer quelqu’un “membre” il y a une crainte de baptiser quelqu’un qui ne va pas peut-être continuer à venir à l’église. Nous croyons que si quelqu’un quitte l’église peu après son baptême cela diminue la valeur du baptême pour tout le reste. Le baptême est trop facile à avoir et ne veut rien dire…
Dans le Nouveau Testament il y a toujours peu de temps entre la conversion et le baptême. Le baptême est une réponse joyeuse à la foi naissante. Une déclaration de la nouvelle vie. La base pour le baptême est la simple confession de la foi, et non pas les années vécues au sein de l’église.

Lisons tous brièvement dans Actes 8, du verset 36 au 38. C’est la fin de l’histoire de Philippe et l’Eunuque éthiopien qui commence au verset 26, vous pouvez le lire à votre aise.
“Comme ils continuaient leur chemin, ils rencontrèrent de l’eau. Et l’eunuque dit: Voici de l’eau; qu’est-ce qui empêche que je sois baptisé? Philippe dit: Si tu crois de tout ton cœur, cela est possible. L’eunuque répondit: Je crois que Jésus-Christ est le Fils de Dieu. Il fit arrêter le char; Philippe et l’eunuque descendirent tous deux dans l’eau, et Philippe baptisa l’eunuque.”

Je crois que nous devions retourner à une compréhension du baptême qu’est plus comme celle du Nouveau Testament – même si cela va contre la tradition, et même si cela veut dire que nous aurons des complications à cause du fait que trop souvent nous avons attendu trop longtemps.

Le baptême n’est pas la chose la plus importante dans la vie chrétienne

Quelqu’un a écrit ceci: “Pendant des siècles les chrétiens ont débattu sur ce qu’accomplit le baptême, à qui il doit être administré et la quantité d’eau qu’il faut utiliser.” Ou, une autre histoire qui montre un peu le débat:
“Un Anglican et un Baptiste étaient en train de se discuter sur le baptême.
Après un long discours de la part du Baptiste l’Anglican lui pose une question:
‘Est quelqu’un considéré baptisé s’il est seulement immergé jusqu’au menton?’
‘Non’, répond le Baptiste.
‘Est-il considéré baptisé s’il est seulement immergé jusqu’au bout du nez?’
Encore une fois le Baptiste réponds ‘Non’.
‘Est-il considéré baptisé s’il est seulement immergé jusqu’au sourcil?’
‘Tu ne comprends pas’ dit le Baptiste. ‘Il doit être immergé complètement – sa tête doit être couverte!’
‘C’est ce que je dis depuis longtemps.’ réponds l’Anglican, ‘C’est l’eau sur le dessus de la tête qui compte…'”

Malheureusement la discussion est souvent plus venimeuse qu’elle ne l’est présentée ici! Je crois qu’il faut dire que le salut est question de croyance et de foi et non pas de baptême! Est-ce que vous croyez que Jésus est le Fils de Dieu et que Dieu vous pardonne de votre péché à cause de Jésus? Si oui, selon la bible vous êtes sauvé. Cela ne veut pas dire que le baptême ne vaut rien – loin de là! Jésus a donné l’ordre, les apôtres l’ont suivi, nous n’osons pas minimiser l’importance du baptême. Mais il ne faut pas non plus que le baptême devienne la chose la plus important qui éclipse toute autre chose.

Le baptême n’est pas une carte de fidélité

Ce que je vais dire maintenant rejoint ce que je viens de dire et donne le “pourquoi…”
Il y a des gens dans les églises qui peuvent vous dire exactement à quelle date et à quelle heure ils se sont fait baptiser. Mais si vous demander comment va la vie chrétienne aujourd’hui ils n’ont pas de réponse. La dernière fois que Dieu a agit était le 15 juillet 1976 à 11h13!

Le baptême marque le début et non pas la totalité de la vie chrétienne

Il est bien que ceux qui sont baptisés peuvent regarder en arrière et dire “Oui, J’ai déclaré ma foi ce jour-là… Mais c’est plus important qu’ils puissent dire “et je la vie encore aujourd’hui.”

Le baptême ne peut pas être une promesse de fidélité éternelle. Si nous le comprenons comme cela nous faisons du baptême un oeuvre qui nous sauve – comme si une de mes promesses était assez pour assurer mon salut!

Mes frères et sœurs – serrer les dents et dire “je peux le faire, je reste fidèle à mon baptême” n’est pas vivre la vie Chrétienne. C’est se battre dans notre propre force. Ecoutons les paroles de Paul, dans Phillipiens 1:6 “Je suis persuadé que celui qui a commencé en vous cette bonne oeuvre la rendra parfaite pour le jour de Jésus-Christ.” Jésus-Christ, non pas le baptême.
Votre baptême ne vous sauve pas. Vous êtes sauvés par la foi. Mais la foi doit être vécue chaque jour. Et peut-être celle-là est la chose la plus importante à dire aujourd’hui. Celui en qui nous sommes baptisés est celui qui promet de nous accompagner par son Esprit Saint tout le long de notre vie. La foi vécue n’est pas vécue tout seul.

Comment avançons-nous à Libramont?

Encore une fois je pose une question que j’ai posée la semaine passée.
La première chose que je veux dire c’est que je crois que le baptême est important. Mais je ne crois pas qu’il doit servir comme condition de devenir membre de l’église.
C’est ma position personnelle et aussi ce que nous comprenons dans le Conseil de Poste de l’église.

Cependant, Je demande à chacun qui n’a pas encore été baptisé par immersion de considérer ce que j’ai dit aujourd’hui. L’église n’impose pas d’obligation de se faire baptiser – mais nous le recommandons, nous le conseillons avec tout notre cœur. Mais chaque disciple a une décision à prendre par rapport au baptême. Comme j’ai déjà dit le baptême est une dramatisation de notre croyance “que Christ est mort pour nos péchés, selon les Ecritures; qu’il a été enseveli, et qu’il est ressuscité le troisième jour.” C’est une déclaration de ce que nous croyons. La foi est vécue par la suite.

Il est dit qu’il y a des aspects de la foi chrétienne, les doctrines, pour lesquelles nous devons être prêts à mourir. Elles sont bien reprises dans ce que nous appelons le Symbole des Apôtres:
Je crois en Dieu, le Père tout-puissant, créateur du ciel et de la terre.
Et en Jésus-Christ, son Fils unique, notre Seigneur, qui a été conçu du Saint-Esprit, et qui est né de la Vierge Marie. Il a souffert sous Ponce Pilate, il a été crucifié, il est mort, il a été enseveli, il est descendu aux enfers. Le troisième jour il est ressuscité des morts, il est monté aux cieux, il siège à la droite de Dieu. Il viendra de là pour juger les vivants et les morts. Je crois en l’Esprit-Saint, à la Sainte Eglise universelle, la communion des saints, la rémission des péchés, la résurrection de la chair, et la vie éternelle. Amen.
Chaque phrase comprend une doctrine importante pour l’église. Pour ce qui reste nous pouvons en discuter. Je ne suis pas prêt à mourir pour le baptême.

Dans les différentes traditions de l’église la déclaration de la foi prend d’autres formes. Le baptême des enfants suivi par la confirmation est quelque chose qui est pratiqué dans beaucoup d’églises – Catholiques et Protestantes. Qu’est ce que la chose importante? L’eau sur le dessus de la tête d’un bébé ou la confirmation – la confirmation d’une repentance réelle et une foi personnelle, suivie par une vie chrétienne vécue? Cela ne veut pas dire que chaque confirmation est sincère – fait avec foi et non pas pour la fête. Mais si quelqu’un est devenu chrétien, fait sa confirmation et continue à suivre Jésus-Christ est-il obligé, contre sa conscience, de se faire baptiser plus tard. J’hésite beaucoup à dire “oui”. Il est vrai qu’une telle personne doit lutter honnêtement avec ce que Jésus prescrit. Un refus de se faire baptiser peut être un acte de désobéissance. Mais ce n’est pas toujours le cas. Il y a certaines choses que je suis prêt à laisser entre les mains du Seigneur.


Si vous avez apprecié cette prédication que vous avez lu et vous aimerez nous aider dans la construction de notre nouveau bâtiment d’église vous pouvez visiter notre site www.1000×50.com, merci.

Retourner à la liste de prédications

Quatre choses à savoir sur l’éducation en Haïti

LES POINTS MARQUANTS
  • En Haïti, plus de 200 000 enfants ne sont pas scolarisés.
  • Cependant, on assiste depuis quelques années à une progression des niveaux de scolarisation.
  • Une nouvelle étude de la Banque mondiale s’intéresse à l’impact du programme d’exemptions de frais de scolarité dans ce pays.

Joseph Woaly est assis à son bureau dans le couloir, de manière à pouvoir surveiller plusieurs salles de classe en même temps. Des enfants en uniforme rose et des fillettes rieuses aux cheveux tressés avec des rubans assortis passent à côté de lui. Cela fait sept ans qu’il travaille pour l’école primaire « La ruche enchantée ». Il avait un rêve : faire étudier ses propres enfants ici, car cette école obtient d’excellents résultats. Quand un programme d’exemptions de frais de scolarité a commencé, tous les écoliers ont pu en profiter progressivement, y compris ses cinq enfants. L’aîné, Woade, est âgé de 10 ans et veut devenir ophtalmologiste.

« C’est mon devoir d’envoyer mes enfants à l’école », affirme-t-il sereinement lorsqu’on lui demande comment il aurait fait si ce programme n’avait pas existé. Il aurait eu du mal à débourser de quoi payer leurs études.

En Amérique latine, près de 3 millions d’enfants ne sont pas scolarisés. En Haïti, les parents dépensent en moyenne 130 dollars par an pour envoyer leurs enfants à l’école  et plus de 200 000 enfants ne sont pas scolarisés. Alors que l’on assiste depuis quelques années à une progression des niveaux de scolarisation, une nouvelle étude de la Banque mondiale  s’intéresse à l’impact du programme d’exemptions de frais de scolarité dans ce pays.

Voici quatre faits importants à connaître pour mieux comprendre la situation de l’éducation en Haïti.

1. Presque tous les établissements scolaires d’Haïti sont gérés par le secteur privé

Au début des années 2000, environ 90 % des écoles étaient des établissements privés, pouvant être gérés aussi bien par des organisations religieuses que des institutions à but lucratif ou des organisations non gouvernementales.

« Si j’avais pu trouver la même opportunité dans un établissement public, je serais allé y travailler », indique Innocent Samuel, instituteur en 3e année. Or, les emplois dans les établissements publics sont rares et en général moins bien payés que dans le privé.

2. Les frais de scolarité appliqués par la plupart des établissements, un frein pour de nombreux Haïtiens

Gérées par des intérêts privés, ces écoles appliquent habituellement des frais de scolarité auxquels viennent s’ajouter les dépenses de transport, l’achat de manuels et de l’uniforme (obligatoire), ce qui empêche de nombreuses familles d’envoyer leurs enfants à l’école.

À la Ruche enchantée, une école d’un quartier déshérité de la capitale haïtienne, les frais de scolarité vont de 127 dollars pour la 1ère année à 180 dollars pour la 6e année. C’est simplement le tarif officiel. Avant la mise en place du programme d’exemptions de frais, « les parents avaient beaucoup de mal à payer », explique Joelle Dalphe, qui a ouvert cette école avec sa sœur, en 1994. « Ils versaient rarement la totalité des frais ».

D’où ce programme d’exemptions de frais, lancé en 2007, avec l’assistance technique et financière de la Banque mondiale et de la Banque de développement des Caraïbes. Les établissements répondant aux conditions posées (comme le fait de détenir une licence octroyée par l’État) ont reçu une allocation de 90 dollars par an et par enfant — soit plus que les frais de scolarité estimés — afin de pouvoir couvrir aussi le matériel. Le programme couvre les enfants âgés de 6 à 8 ans entrant en primaire.

3. Les taux de scolarisation sont passés de 78 à 90 %

L’étude de la Banque mondiale révèle que, dans les écoles couvertes par le programme d’exemptions de frais, le niveau de scolarisation a progressé et, parallèlement, le niveau de recrutement du personnel. Même si toutes les dépenses annexes (comme l’achat d’uniforme) n’ont pas disparu, la charge financière a été allégée.

Joëlle devait prendre un second métier pour maintenir les finances de son établissement à flot. Désormais, elle peut se consacrer à plein temps à la Ruche enchantée.

4. L’ exemption de frais de scolarité peut aider les enfants à être dans une classe appropriée pour leur âge

En 2003, l’âge moyen des enfants scolarisés en 6e année était de 16 ans, alors qu’il n’aurait pas dû dépasser 11 ou 12 ans. Cela s’explique par le poids des frais de scolarité pour les familles démunies, qui parvenaient à scolariser un enfant pendant certains mois ou années où ils pouvaient payer les frais.

L’étude de la Banque mondiale a constaté que, dans les écoles participant au programme d’exemptions de frais, davantage d’enfants sont scolarisés dans une classe correspondant à leur âge.

Joseph Woaly, lui, a « achevé ses études primaires à 17 ans et ses études secondaires à 25 ». « Lorsque les parents n’ont pas à payer tous les mois ou tous les trimestres, les enfants progressent bien plus rapidement ».

Le financement public d’établissements privés se justifie dans des pays comme Haïti ou autres pays avec un profil similaire. L’étude conclue que le succès du programme renforce l’idée que le financement public de services non publics est une option viable et prometteuse pour assister les enfants exclus du système.

C’est de bon augure pour la scolarisation de plus d’enfants à temps jusqu’à la fin du cycle.