Mon Peuple périt parce qu’il lui manque la Connaissance

Dans Osée 4:6, Dieu fait un triste constat de la situation de ses enfants: son peuple est condamné à la mort, à la destruction et l’enfer à cause de l’ignorance dans laquelle il demeure; bien que possédant la Bible qui est sa Parole.  Or, sans la connaissance et sans la révélation des promesses de Dieu, les chrétiens ne peuvent avoir part à leur héritage divine, comme le dit l’apôtre Paul  dans Galates 4:1-5 : ” Or, aussi longtemps que l’héritier est enfant il ne diffère en rien d’un esclave, quoiqu’il soit le maître de tout; mais il est sous des tuteurs et des administrateurs jusqu’au temps marqué par le père.”
Les chrétiens ne connaissent pas les principes élémentaires de la Parole de Dieu; parce qu’ils ne sont réellement attachés à la connaissance de la VERITE et/ou  ne vérifient pas si ce qu’on les enseigne est VRAI. Ils sont donc la proie des faux prophètes qui les séduisent grâce à leurs vains discours , qui n’est rien d’autre qu’une déformation de l’évangile, dont ils se servent pour imposer: la dîme, la cure d’âme, la bénédiction du mariage, et autres fables… faisant ainsi des chrétiens des esclaves de la réligion !Les pièges de la religion sont par ailleurs très nombreux et subtiles, notamment:  la circoncision, l’observation du sabbat, du dimanche, la prière des saints… ou encore lea célébration des fêtes païnnes comme Noël et le nouvel an!Paul, quand il a écrit aux galates à ce sujet, dit:  Vous observez les jours, les mois, les temps et les années! Je crains d’avoir inutilement pris de la peine pour vous” Il ajoute à la fin de Galates 4: 9-11:
“Mais maintenant, après avoir connu Dieu, et surtout après avoir été connus de Dieu, comment retournez-vous à ces faibles et pauvres principes élémentaires auxquels vous voulez à nouveau vous asservir?

“C’est pour la liberté que Christ nous a libérés. Demeurez donc fermes, et ne vous remettez pas de nouveau sous le joug de l’esclavage.” Galates 5:1. Que chacun se pose cette question et y réponde honnêment :

suis-je libéré(e) par Christ ou encore esclave de la religion et/ou de traditions humaines?

LE MEILLEUR CHOIX

Si vous pouviez avoir une des choses suivantes, laquelle choisiriez-vous ?

laquelle choisiriez-vous

La Bible nous parle d’un jeune homme qui Dieu lui-même avait donné ce choix. Le nom de ce jeune homme était Salomon. Il venait tout juste de devenir roi d’Israël. Un jour, Dieu apparut à Salomon dans un songe et lui dit : « Demande ce que tu veux que je te donne. »

Salomon aurait pu demander des richesses, ou de la puissance, ou du plaisir, mais il demanda à Dieu de lui donner de la sagesse. Salomon dit :

« […] Je ne suis qu’un jeune homme, je n’ai point d’expérience. Accorde donc à ton serviteur un cœur intelligent pour juger ton peuple […]. » (1 Rois 3.7, 9)

Dieu fut très content de voir que Salomon avait choisi la sagesse. Dieu dit que Salomon allait devenir l’homme le plus sage que la terre ait jamais porté. Dieu lui donna non seulement la sagesse, mais aussi la richesse, l’honneur et la puissance. Personne n’avait jamais été aussi riche et aussi puissant que lui auparavant. Nous voyons par là à quel point Dieu estime la sagesse. La Bible dit :

« Voici le commencement de la sagesse acquiers la sagesse : […]. » Proverbes 4.7

PRIERE POUR INVITER LE SEIGNEUR JESUS DANS SA VIE ET EXPERIMENTER LA NOUVELLE NAISSANCE.

PRIE AVEC FOI AU NOM DE JESUS:

Seigneur Jésus, je viens à toi maintenant.
Je suis un pécheur et je ne peux pas me sauver tout seul.
J’ai tant besoin de toi dans ma vie que je n’arrive pas à conduire moi-même.
Il y a ce grand vide dans ma vie que Seul toi peux combler.
Seigneur Jésus, aie pitié de moi et penche ton regard vers moi en ces instants où je répands mon cœur devant toi.
Au pied de ta croix, je viens soumettre ma vie.
Pardonne tous mes péchés et lave-moi par ton sang précieux, ce sang sans tache qui fut versé pour moi sur la croix à Golgotha.
Je t’ouvre la porte de mon cœur O Seigneur Jésus, viens et entre dans ma vie.
Je te confesse de ma bouche et te reçois aujourd’hui comme mon Seigneur et mon Sauveur personnel.
Je crois du fond de mon cœur que tu étais mort pour moi et qu’au troisième jour Dieu t’avait ressuscité d’entre les morts.
Ecris mon nom dans ton livre de vie. Maintenant je sais, je suis né de nouveau.
Je suis enfant de Dieu, lavé par le sang de l’agneau et purifié de toute impureté, de toute culpabilité.
Je suis maintenant une nouvelle créature en Jésus Christ.
JE SUIS SAUVE !
Ainsi, que toute alliance que j’avais faite avec le diable, consciemment ou inconsciemment soit brisée maintenant au nom de Jésus !
Je suis un enfant de Dieu, héritier de Dieu et cohéritier de Christ, Ambassadeur de Christ et un citoyen céleste.
Toutes les choses sont passées dans ma vie et je suis une nouvelle créature en Christ Jésus.
Merci Seigneur pour ta justice, ta paix et joie qui remplissent ma vie maintenant au nom de Jésus.
Amen. Amen. Amen.

Dieu est pour nous un refuge

Psaumes 46:2
Dieu est pour nous un refuge et un appui, un secours qui ne manque jamais dans la détresse.

Nous avons tous des difficultés dans notre vie á un moment ou á un autre! Lorsque cela arrive nous devons nous confier á notre Père Céleste. Car Dieu lui-même nous dit: “Et invoque-moi au jour de la détresse; Je te délivrerai, et tu me glorifieras”.(Psaume 50:15 ).

Nous pouvons nous sentir comme l’Apôtre Paul, “pressés de toute manière, mais non réduits à l’extrémité; dans la détresse, mais non dans le désespoir; persécutés, mais non abandonnés; abattus, mais non perdus” car Dieu est avec nous.

Quand nous sommes désespérés, sous l’emprise du doute, Dieu nous dit: “Car je rafraîchirai l’âme altérée, Et je rassasierai toute âme languissante” (Jérémie 31:25).

Après tout, Dieu est celui qui … donne de la force à celui qui est fatigué, Et il augmente la vigueur de celui qui tombe en défaillance (Esaïe 40:29).

Quand nous avons le coeur brisé, Il vient á notre secours car Il est écrit: Il guérit ceux qui ont le coeur brisé, Et il panse leurs blessures. (Psaume 147:3)

Alors, ne laissez jamais les difficultés de la vie vous troubler. Rappelez-vous les paroles de notre Sauveur Jésus-Christ: Que votre coeur ne se trouble point. Croyez en Dieu, et croyez en moi. (Jean 14:1)

Au reste, fortifiez-vous dans le Seigneur, et par sa force toute-puissante. (Ephésiens 6:10). Car Dieu a dit: “Ne crains rien, car je suis avec toi; Ne promène pas des regards inquiets, car je su

Ce que signifie se repentir

 

Se repentir signifie « faire demi-tour ». La raison pour laquelle nous avons besoin de « faire demi-tour », c’est que nous ne suivons pas le bon chemin. Nous ne suivons pas le chemin de Dieu. Nous suivons plutôt notre propre voie. La Bible dit :

« […] Chacun suivait SA PROPRE VOIE […]. » Ésaïe 53.6

Comme nous nous sommes éloignés de Dieu, que nous vivons égoïstement et que nous suivons notre propre voie, nous devons « faire demi-tour » si nous voulons être sauvés. Jésus a dit :

« […] Si vous ne vous repentez, vous périrez tous également. » Luc 13.5

« Si vous ne vous repentez, vous périrez tous également. »

Se repentir, ce n’est pas pleurer abondamment sur nos péchés. Beaucoup de gens pleurent et crient à Dieu, mais ne se repentent pas pour autant. Se repentir, ce n’est pas non plus se priver de nourriture et châtier son corps. Personne ne peut se débarrasser de ses péchés de cette façon.

Se repentir, ce n’est pas seulement regretter nos péchés. Un prisonnier pourrait regretter d’avoir à souffrir pour ses crimes. Mais s’il était libéré, il retournerait à ses mauvaises habitudes.

La repentance, ce n’est pas non plus de la crainte. Parfois, dans une période de grand danger, des hommes qui étaient habitués à jurer peuvent se taire ou même implorer la miséricorde de Dieu. Mais lorsque le danger est passé, ils se remettent à jurer. Ils ne se sont pas repentis.

 

Se repentir, c’est « faire demi-tour ». Cela peut ne prendre qu’un seul instant. Lorsque vous dites :

« Je vois que je n’ai pas suivi la bonne voie. Par la grâce de Dieu, je veux me détourner de mes péchés et commencer à obéir à Dieu » ; c’est cela la repentance. David a fait preuve d’une vraie repentance quand il a dit :

« Je réfléchis à mes voies, et je dirige mes pieds vers tes préceptes. » Psaume 119.59

Nous comprendrons mieux pourquoi la repentance est nécessaire au salut si nous considérons l’illustration suivante. Imaginons un roi sage et bon qui règne sur son royaume avec amour et bonté. Un jour, sans raison apparente, certains sujets du roi se rebellent contre lui. Ils prennent les armes et cherchent à le détrôner. Ils essaient également d’entraîner les autres dans leur rébellion.

À cause de leurs actes, ces rebelles méritent d’être mis à mort, mais ce roi, dans sa grande miséricorde, décide de leur accorder le pardon. Le roi émet une proclamation selon laquelle tous ceux qui, avant un certain temps, déposeront les armes, viendront vers lui et confesseront leurs offenses, seront pardonnés et retrouveront leurs privilèges de citoyens. Ceux qui refuseront cette offre, seront mis à mort.

 

Nous sommes comme ceux qui se sont rebellés contre leur roi, car nous nous sommes rebellés contre Dieu. La Bible parle de « l’esprit qui agit maintenant dans les fils de la rébellion » (Éphésiens 2.2). Cet esprit, c’est l’esprit qui dit : « Je n’obéirai pas à Dieu ! Je ferai ce que je veux faire. » Nous retrouvons cette attitude dans le cœur de tout être humain.

Certaines personnes s’opposent activement et ouvertement à Dieu. D’autres laissent simplement Dieu en dehors de leur vie. Ils mènent leur vie, leurs affaires et leur foyer comme si Dieu n’existait pas. Dans les deux cas, la racine du problème est la même : une attitude de rébellion contre Dieu.

Dieu veut nous pardonner et nous amener dans le royaume de son Fils. Cela veut dire venir sous l’autorité de Jésus-Christ. Auparavant, nous faisions ce que nous voulions, mais une fois que nous sommes sauvés, nous devons nous soumettre à Jésus-Christ comme Seigneur et Roi.

Une personne peut-elle être pardonnée de ses péchés et amenée dans le royaume de Jésus-Christ tout en étant encore rebelle dans son cœur ? Non, elle ne le peut pas. Il n’y aura pas de rebelles dans le royaume de Jésus-Christ. Si nous voulons faire partie de son royaume, nous devons abandonner notre rébellion et venir au Seigneur en lui demandant humblement pardon. Si nous le faisons, nous verrons qu’il est miséricordieux et tout disposé à nous pardonner. La Bible dit :

« Que le méchant abandonne sa voie, et l’homme d’iniquité ses pensées ; qu’il retourne à l’Éternel, qui aura pitié de lui, à notre Dieu, qui ne se lasse pas de pardonner. » Ésaïe 55.7

LE CHEMIN DU CIEL

Sur quel Chemin Sommes-nous ?

Nous devons choisir un de ces deux chemins

Ça c’est une bonne question ! Je vais te donner la réponse. Nous sommes sur le « chemin de la vie ». J’ai pris le chemin de la vie quand je suis né. Tu as, toi aussi, pris le chemin de la vie quand tu es né. Et toi et moi, nous marchons maintenant ensemble dans le chemin de la vie. Le meilleur guide pour nous aider le long de la route est la Bible. Il n’y a pas d’autre livre comme lui parce que la Bible est la Parole de Dieu.

Nous voyons tout à coup qu’il y a deux chemins devant nous. Le premier est un chemin étroit qui va en montant. L’autre est large et il descend.

Nous devons choisir un de ces deux chemins. Personne ne peut choisir à notre place. Nous devons choisir pour nous-mêmes le chemin que nous prendrons dans la vie.

Le Seigneur Jésus nous dit où mènent ces chemins. Le chemin large mène à la perdition. Il y a plusieurs personnes qui prennent ce chemin. Le chemin étroit mène à la vie éternelle dans le ciel.

Dieu nous ordonne de nous repentir

Dieu ordonne à tous les hommes, en tous lieux, de se repentir. Il les avertit du jugement qui vient. La Bible dit :

« Dieu, sans tenir compte des temps d’ignorance, annonce maintenant à tous les hommes, en tous lieux, qu’ils ont et se repentir, parce qu’il a fixé un jour où il jugera le monde selon la justice […]. » Actes 17.30, 31

Dieu dit que ceux qui se repentent de leurs péchés et qui acceptent Jésus-Christ comme leur Sauveur seront dans le ciel avec lui pour l’éternité. Le ciel est la demeure éternelle de tous ceux qui aiment le Seigneur Jésus et qui se soumettent à son autorité.

D’un autre côté, la Bible nous dit clairement que Dieu a préparé un endroit pour ceux qui ne l’aiment pas et qui ne veulent pas lui obéir. L’enfer est le séjour éternel des rebelles et des désobéissants. Dieu ne veut pas que qui que ce soit aille dans cet endroit. La Bible dit :

« Le Seigneur […] use de patience envers vous, ne voulant pas qu’aucun périsse, mais voulant que tous arrivent à la repentance. » 2 Pierre 3.9

En ce moment même, Dieu nous donne l’occasion de décider de notre avenir. Il dit à chacun de nous : « Qu’est-ce que tu choisis ? Veux-tu renoncer à ta rébellion et devenir un enfant obéissant, ou veux-tu continuer à te rebeller contre moi ? »

Vous direz peut-être que vous ne ressentez pas grand-chose, mais Dieu ne nous dit pas d’attendre quelque sentiment inhabituel. Il nous ordonne de nous repentir maintenant. Si vous êtes convaincu que vous n’êtes pas sur la bonne voie, faites demi-tour et dites à Dieu : « Je ne veux plus suivre le chemin du péché et de la rébellion, comme je l’ai fait auparavant. Je veux me détourner de mes péchés et mettre ma confiance en Jésus-Christ qui est mort pour moi. » Au moment où vous ferez cela, vous serez sauvé.

EXERCICES DE CONNAISSANCES BIBLIQUES

1. Quels sont les noms des cinq premiers livres de la Bible attribués à Moïse?

Genèse, Exode, Lévitique, Nombres et Deutéronome
Genèse, Exode, Josué, Lévitique et Psaumes
Exode, Nombres, Deutéronome, Chroniques et livre des Rois

2. Que signifie le nom de Moïse?

Dieu sauve
Sauvé des eaux
Le libérateur

3. Qu’est-ce qui a provoqué la présence des Hébreux en Égypte?

La guerre
Un voyage touristique
Une famine

4. Pourquoi est-ce que Moïse s’enfuit au désert? (Ex 2, 11-15)

Il a assassiné un Égyptien qui avait frappé un Hébreu
Il a tenu tête au pharaon
Il a commis l’adultère

5. Lorsque Moïse rencontre le Seigneur pour la première fois, qu’est-ce qu’il voit?

Rien, puisque Dieu est invisible
Un buisson en feu qui ne se consume pas
Un ange

6. Lesquels de ces éléments ne font pas partie des 10 fléaux d’Égypte?

L’eau changée en sang, les grenouilles et les moustiques
La vermine, la grêle, les sauterelles et les ténèbres
Les serpents, le tremblement de terre et la séparation des eaux

7. Laquelle des ces affirmations ne fait pas partie des 10 commandements?

Ne pas se faire d’idoles
Ne pas témoigner faussement
Ne pas commettre de péché

8. Au pied du mont Sinaï, le peuple s’impatiente et se fait une idole. À quoi ressemble-t-elle?

Un ange aillé
Un veau d’or
Un trône de gloire

9. Qu’est-ce que le Seigneur donne à manger au peuple dans le désert?

De la manne
De la viande
De la manne et de la viande

10. Où est-ce que Moïse va mourir?

Au mont Nébo
En terre de Canaan
Dans le désert

Votre adversaire

Votre adversaire le diable rôde autour de vous comme un lion rugissant, cherchant qui il dévorera. Résistez-lui avec une foi ferme (1 Pi 5.8). Nous n’ignorons pas ses desseins (2 Co 2.11)

Quand on répète à haute voix les men-songes que Satan distille, on donne libre accès à la peur et aux tourments. Quand au contraire, on prend en compte les pensées de Dieu et ses promesses et qu’on les exprime à haute voix, on entre dans la paix.

Prenons donc la Bible en mains, ouvrons la. Les pensées de Dieu s’y trouvent. Remplaçons chacune de nos pensées par une pensée de Dieu. Le diable est menteur et père du mensonge, incapable de dire la vérité. Opposons-lui alors des pensées qui viennent de Dieu.
S’il suggère que vous n’êtes pas sauvé, répondez lui : C’est une parole certaine et entièrement digne d’être reçue, que Jésus-Christ est venu dans le monde pour sauver les pécheurs (1 Tm 1.15).
S’il prétend que Dieu ne pardonnera pas votre péché et ne vous rendra pas la santé, remplacez ces mensonges par ces promesses merveilleuses : Mon âme, bénis l’Eternel, et que tout ce qui est en moi bénisse son saint nom ! Mon âme bénis l’Eternel et n’oublie aucun de ses bienfaits. C’est lui qui pardonne tous tes péchés, qui guérit toutes tes maladies (Ps 103.1-3).
S’il vous vient à la pensée que Dieu vous a abandonné, répondez à Satan : C’est avec assurance que je peux dire : Le Seigneur est mon aide, je ne craindrai rien. (He 13.17)

Dieu nous donne autorité sur les suggestions de Satan. C’est pourquoi nous devons apprendre par coeur un certain nombre de versets qui attestent que Dieu nous donne la possibilité de mettre en déroute notre adversaire, le diable.

C’est de cette manière que Jésus l’a fait fuir. Satan suggérait : Transforme ces pierres en pain. Il repoussa cette pensée et la remplaça par une pensée divine : Il est écrit (Lire le récit : Mt 4.1-11). Dès lors, le diable le laissa.

Il en est de même pour nous. Nous avons également le pouvoir de vaincre l’ennemi en lui répliquant : Il est écrit, et en citant les promesses de Dieu. Vous trouverez, au dos de ce bulletin, d’autres versets qui vous aideront à remporter la victoire contre les assauts du tentateur. Recopiez-les.

Par la suite, quand vous lirez la Parole de Dieu, vous découvrirez d’autres versets qui vous aideront à vaincre l’adversaire. Ne manquez pas de les ajouter à la liste que vous aurez copiée.

Le prophète Esaïe déclare : Toute arme forgée contre toi sera sans effet, et toute langue qui s’élèvera en justice contre toi, tu la condamnera. Tel est l’héritage des serviteurs de l’Eternel (Es 54.17) Toute arme ! Toute langue ! Une pensée suggérée par Satan. n’est-ce pas une arme, une langue accusatrice ? Mais ni arme ni langue n’auront d’effet contre toi, sauf si tu le laisses faire.

Toute parole, toute pensée adressée contre toi pour te culpabiliser, te faire peur, te tourmenter ou te faire tomber, doit être condamnée et réduite à néant par toi, car il est écrit : Tu la condamneras.

Notre intelligence est un champ de bataille. Prenons garde à nos lectures. et à nos spectacles (y compris la télé). Ne laissons pas n’importe quoi flâner en nous. Les armes avec lequelles nous combattons ne sont pas charnelles, mais elles sont puissantes. par la vertu de Dieu. pour renverser des forteresses (2 Co 10.4).